Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Éthique politique et responsabilité morale Le Sénégal dégringole

Posté par: Alassane kitane| Jeudi 14 septembre, 2017 18:09  | Consulté 514 fois  |  2 Réactions  |   

rewmi.com

C’est fini ! Le Sénégal est tombé dans l’encolure de la folie politique. Au pays des Pionniers et des Illuminés fondateurs d’une Nation civilisée, le pouvoir qui rend fou et la quête du pouvoir rend fou. C’est du bout des doigts que l’on compte les porteurs de bonnes nouvelles. Tout le reste de la classe politique sénégalaise est un arsenal de has-been dont le regard du rétroviseur illustrerait des amas de forfaitures, de délits et d’infractions. Ceux qui sont au pouvoir comme ceux qui sont dans l’opposition ont tous à leurs actifs des ignominies. Mais la démagogie, la serviabilité et la perfidie les couvent et les couvrent. Ceux qui se sont engagé les mains immaculés et l’âme pétrifiée de valeurs sont ceux- là même qui sont combattus parfois avec la complicité encagoulée d’hommes et de femmes de mains. Les alertes des Mystiques qui savent prévoir l’avenir et anticiper le futur ne sont pas écoutées. Ceux qui, marabouts, dit-on, devraient endosser le manteau de sentinelles sont, selon leurs calculs et les largesses de détenteurs de pouvoirs, des acolytes. Jamais le champ politique sénégalais n’a été aussi malpropre et encrassé. Des aspirants au pouvoir législatif injurient. Ceux qui veulent confirmer leurs forces d’hier insultent. Une première dans l’histoire politique du Sénégal.

 

Abdication de l’’éthique politique

 

La République du Sénégal est blessée. Le bien public est embrouillé à l’intérêt de parti faisant une double impunité d’un rapport mis sous les coudes et d’une forfaiture tue. La République au Sénégal n’est plus la somme du labeur des générations qui se sont succédé, ces générations, depuis les pionniers sont encore au cœur des Institutions, intimidant de leurs antiques voix et même insultant publiquement. Le mensonge n’est plus une bassesse. Le reniement n’est plus une abjection.  Le nouveau mal sénégalais est la transformation, par les politiciennes et les politiciens, de la République en domaine de jouissance, de délices et d’enrichissement. Les jeunes s’en enragent. Les enfants se montrent dédaigneux. Dommage ! L’argument avancé d’un Président de la République né après les indépendances n’a aucun sens. L’Homme né après les Indépendances a confié les Institutions à des patriarches dont le seul secret est de dissimuler les cheveux blancs et de tenir physiquement car ayant les moyens de se maintenir. Celui qui est dans le Macky est prêt à tout faire et à tout dire pour y rester. Ceux qui veulent l’effacement du Macky sont également prêts à tout dire et à tout faire. Faut-il les suivre ou les applaudir ? Ce serait apporter à caution à l’abdication de l’éthique politique.

 

La démocratie sénégalaise ridiculisée

 

Le Sénégal a toujours été loué pour sa démocratie. Il n’a jamais connu de dictature formelle même si chaque Chef de l’Etat a durant son magistère versé dans l’autoritarisme. Le Sénégal, grâce à des Forces d’Armées républicaines, loyales, scrupuleuses et bienséantes, n’a jamais connu de coup d’Etat militaire. Soit ! Mais avec la marche du temps, la boulimie de la classe politique, sa démocratie tant chantée à tue-tête offre une image hideuse : insultes, atteintes à la dignité humaine et à l’intégrité physique, calomnie, attaque incivile et malotrues contre les Institutions de la République et répliques inconvenantes et indélicates de ceux qui les incarnent. Dans les pays de la sous-région qui sont entrés dans la civilisation démocratie dans les années 90 avec les Conférences nationales, les antagonismes sont rythmés d’idées, de propositions et de contre-proposition sur fond de communication politique intelligente et respectueuse. Et le Sénégal qui se glorifiait d’être un grenier de valeurs démocratiques renvoie aux acteurs politiques de la sous-région et à l’intelligentsia l’image d’une comédie qui n’est animées que par des Tartuffes imparfaits.

 

Macky prophète ailleurs, « démon » au Sénégal

 

L’adage biblique est clair : « nul n’est prophète chez soi ». Macky Sall vit cette vérité. Le Président de la République jouit d’une impressionnante belle image en Afrique, en Europe et en Asie. Titulaire de Doctorus Honorius Causa, de hauts titres panafricains, Macky Sall est écouté et respecté aussi bien par ses paires africains qu’hexagonal. Ce respect s’explique par les actes diplomatiques majeurs qu’il pose et par un langage révolutionnaire de vérité qui indispose les conservateurs qui tiennent le pouvoir dans certains pays. Il a réussi à installé un Sénégalais, certes contesté, au Perchoir de Parlement de la CEDEAO comme d’autres compatriotes siège dans d’autres Institutions internationale.

 

Mais au Sénégal, Macky Sall est diabolisé, attaqué et son nom trainé dans la bout jusqu’à le mettre parfois aux nerfs. Une seule raison l’explique : les femmes et les hommes de son régime, dans leur immense majorité sont auteurs de forfaiture et de bassesses politiques.

 

Rewmi

 L'auteur  alassane kitane
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (2)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Ndiaye Oumar  En Septembre, 2017 (21:15 PM) 0 FansN°:1
Merci d'avance
Ndiaye Oumar  En Septembre, 2017 (21:21 PM) 0 FansN°:2
Merci d'avance pour votre travail

Ajouter un commentaire

 
 
alassane kitane
Blog crée le 19/03/2015 Visité 489420 fois 380 Articles 3515 Commentaires 34 Abonnés

Posts recents
Campagne agricole tatillonne et impréparée
MACKY ET LA PRESSE : QUAND LA VÉRITÉ PREND UN SACRÉ COUP
Quand l’école sénégalaise fléchit et meurt sous le coup du folklore et du charlatanisme
DEMAIN LE CHANGEMENT : APRÈS DEMAIN, LA RÉVOLUTION?
L’étonnante stérilité des choix politiques et économiques
Commentaires recents
Les plus populaires
La nouvelle mode au Sénégal : « Karim m’a appelé » fait le buzz partout
UN AUTOCRATE AU PALAIS
AFFAIRE KARIM WADE : QUAND L’EMOTION PRIME SUR LA RAISON ET L\'ETHIQUE
Non ! La théorie du \"Yërmëndé\" ne passera pas
Nous avons remplacé un « cheval borgne » par un « cheval aveugle »