Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

L’espace public, la poubelle publique

Posté par: Alassane kitane| Mercredi 14 février, 2018 17:02  | Consulté 358 fois  |  0 Réactions  |   

 

Par Djiby Sene

 

L’espace publique représente dans les sociétés humaines, en particulier urbaines, « l’ensemble des espaces de passage et de rassemblent qui est à l’usage de tous, soit qui n’appartient à personne, soit qui relève du domaine public. » ça c’est la définition juridique. Il est donc reconnu comme étant librement accessible à tout un chacun et peut être l’apanage d’un individu ou un groupe particulier. Donc l’espace public ne doit pas être une poubelle pour tous encore moins un endroit où chacun est libre de l’occuper comme bon lui semble.

 

La décision du gouvernement béninois d’interdire l’occupation de la rue s’inscrit dans la dynamique d’une bonne gestion de ce que les populations ont en commun : l’espace public. Car son aménagement relève d’une importance capitale pour l’image du pays. Cependant, le problème dépasse largement le courage de prendre de grandes décisions ou de lancer une bonne initiative mais c’est dans son application que le bât blesse.

 

Les autorités étatiques finissent souvent par lâcher du lest pour éviter l’exploitation politique que leurs opposants en font. C’est ce qui explique l’inefficacité des mesures de déguerpissement des marchands ambulants ou l’interdiction de la mendicité dans certaines villes africaines comme Dakar parce qu’elles butent sur la résistance des gens qui ont compris que les hommes politiques ne tiennent pas longtemps face au tapage médiatique.

 

Le constat est patent. On dirait que l’occupation anarchique de l’espace public est une règle. Tout le monde en fait usage mais presque personne ne le respecte. Les marchands ambulants brandissent la débrouillardise comme justification. Ils clament haut et fort leur innocence. Nous travaillons, (Da gnouy dane sinou dolé), disent-ils ! L’alibi très prisé est loin d’être suffisant pour servir de prétexte à la transformation de notre espace public en une véritable poubelle. On y jette nos ordures et y gare nos véhicules n’importe comment sans se soucier du bien des autres. Ce qui ne devait jamais arriver dans un pays où le civisme guide l’action humaine.

 

C’est pourquoi le constat est regrettable sur le sort que subit Dakar, la capitale sénégalaise qui perd sa splendeur à cause de la désinvolture et de l’occupation anarchique de l’espace public et, plus particulièrement de la rue. Il est temps de s’interroger sur le problème de la mobilité urbaine dans lequel l’Etat du Sénégal et ses partenaires ont investi des sommes faramineuses alors que jusqu’à présent la fluidité de la circulation laisse à désirer. Car, Dans un espace public composite de plus en plus exposé aux sollicitations en tout genre, il importe d’appliquer les lois qui le régissent pour permettre aux personnes de circuler librement.

 

Le problème de l’emploi des jeunes ne doit pas servir de prétexte pour cautionner l’attitude de certains marchands ambulants dans les grandes artères de Dakar. Qu’ils soient ambitieux ou désireux de travailler pour gagner dignement leur vie, ils sont tous des citoyens sénégalais qui sont tenus de respecter les lois et règlements de ce pays. Le droit à la libre circulation des personnes et des biens ne doit pas être annihilé par la pression de la rue.

 

DJIBY SENE

 L'auteur  alassane kitane
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
alassane kitane
Blog crée le 19/03/2015 Visité 578258 fois 446 Articles 5955 Commentaires 39 Abonnés

Posts recents
ISMAÏLA MADIOR FALL, LE LYSSENKO DE NOTRE EPOQUE ?
L\'éditoriale de Sidy Laamine Niass sur le vote de la loi sur le parrainage
Le suicide continu ou les prémices de la fin d’une longue imposture
Quelle Tapette Ce Président
QUAND LE PRÉSIDENT MANQUE D\'ÉLÉGANCE RÉPUBLICAINE
Commentaires recents
Les plus populaires
L’étonnante stérilité des choix politiques et économiques
La nouvelle mode au Sénégal : « Karim m’a appelé » fait le buzz partout
UN AUTOCRATE AU PALAIS
AFFAIRE KARIM WADE : QUAND L’EMOTION PRIME SUR LA RAISON ET L\'ETHIQUE
Non ! La théorie du \"Yërmëndé\" ne passera pas