Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

La crise de l’éducation : “le pourrissement est lourd de dangers”

Posté par: Alassane kitane| Dimanche 18 février, 2018 12:02  | Consulté 506 fois  |  0 Réactions  |   

 

Par Ibrahima Dia

 

“Le pourrissement est lourd de dangers”, a-t-on l’habitude de dire. Concernant la crise scolaire le coupable doit être indexé. Il faut choisir entre ceux qui sont pour le développement du Sénégal ou ceux qui sont contre ses intérêts. Si on soutient les enseignants dans cette crise on aime le pays, le contraire signifie la disparition de l’enseignement public source de dangers.

 

Tenez vous le gouvernement manque de volonté politique pour régler définitivement la question pour le bien être de l’école sénégalaise. Quand il a fallu chercher dare-dare 59 milliards pour organiser le sommet de la francophonie pour faire plaisir aux beaux yeux (pardon aux belles lunettes) de François hollande, l’argent a été trouvé très vite pour faire cette messe qui n’a duré que 3 jours seulement.

 

Actuellement ils sont en train de chercher des dizaines de milliards pour payer les dettes du Fesman, pour les enseignants la solution consiste à élaborer des « lois rectificatives » de finances. Ce n’est pas du sérieux

 

Le gouvernement se vante d’avoir investi 98 milliards en infrastructures sportives pendant les 5 ans. Je vous rappelle que l’Argentine qui a remporté la coupe du monde de 1986 était dirigé par un certain Carlos Billard, médecin gynécologue, le pays de Messi compte plus de médecins que l’Allemagne et en pratique sportive il faut beaucoup de médecins, et pour les former il faut une école publique apaisé. Ces sud-américains n’ont pas mis la charrue avant les bœufs.

 

Il faut saluer le comportement exemplaire des enseignants qui ont répondu favorablement aux souhaits des défunts khalifes généraux et de l’église, ce qui a permis une année sans grève en 2017. Rien que pour respecter la mémoire de ces illustres disparus, piliers de l’exception sénégalaise le gouvernement doit régler définitivement cette question.

 

Le Sénégal a de nombreux défis à relever et les enseignants sont les garants de l’institution pour atteindre un jour les records du Maroc qui forme chaque année 36 000 médecins dans le pays et d’autres milliers à l’étranger comme ceux de la faculté de médecine de l’UCAD

 

L’école publique symbolise la république, la laïcité, là ou les chances sont égales, l’argent du contribuable doit servir à la renforcer. Les fils des vendeuses de cacahuètes , des paysans , des cadres , bref de tous les sénégalais qui paient leurs impôts , ont le droit de bénéficier d’une instruction et d’une éducation de qualité .Il faut barrer la route à ces gens qui veulent saborder l’éducation nationale et ‘valoriser les écoles privées » L’école de la réussite’ comme le prône le docteur Amadou Diaouné du Sudes est à ce prix .Ce n’est pas Macron encore moins Rihanna ou les institutions de Breton Woods qui le feront à notre place.

 

Courage à ces valeureux enseignants injustement récompensés.

 

Ibrahima Dia, Journaliste

 L'auteur  alassane kitane
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
alassane kitane
Blog crée le 19/03/2015 Visité 632939 fois 504 Articles 7447 Commentaires 42 Abonnés

Posts recents
Le Sénégal au bord de la faillite économique…
Quand l\'Afrique noire rayonna grâce à sa puissante spiritualité
CHRONIQUES DE NDOUMBELANE V
Même dans l’adversité, la loyauté et la décence sont requises !
Sénégal, ce pays où le Président réclame des \"félicitations\" pour quelques heures de sommeil \"sacrifier\"
Commentaires recents
Les plus populaires
L’étonnante stérilité des choix politiques et économiques
La nouvelle mode au Sénégal : « Karim m’a appelé » fait le buzz partout
UN AUTOCRATE AU PALAIS
AFFAIRE KARIM WADE : QUAND L’EMOTION PRIME SUR LA RAISON ET L\'ETHIQUE
Non ! La théorie du \"Yërmëndé\" ne passera pas