Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Le cas Farba Ngom et le singe de Hugo

Posté par: Alassane kitane| Mercredi 22 février, 2017 15:02  | Consulté 349 fois  |  0 Réactions  |   

Le cas Farba Ngom et le singe de Hugo

        (rewmi.com)

Le nouveau tout puissant homme du Macky serait bien un bon personnage de Fable de Victor Hugo. L’auteur romantique du 19ème siècle raconte, à Jersey, en Septembre 1852, une allégorie qui peut naturellement et immédiatement faire penser à ce Farba Ngom d’un Macky devenu un antre de permissivité.

 

Hugo raconte. Un jour, un nouveau favorisé d’un pouvoir se sentit un royal appétit. Ce nouveau favorisé est un singe. Mais il se vêtit d’une peau de tigre et se donnait le droit d’être désinvolte et arrogant. Il avait surtout endossé le droit de tout dire et de tout faire. Il se mit à grincer des dents, en criant contre chacun et tous : « Je suis le Maître. Je suis le vainqueur des halliers, le roi d’ici. Je suis l’homme du pouvoir ». Puis, il s’embusqua comme un brigand permissif des bois, dans les épines et entassa des énormités, usant d’un langage effronté, orgueilleux, discourtois et irrespectueux et injuriant quiconque, dévasta tout le maquis. Le maquis était pour lui un antre dans lequel se trouvait du carnage. Chacun, voyant la peau du tigre qu’il endossait et de l’impunité dont il jouissait, croyait au personnage. Il était drôle et avait tout d’un guignol. Dans les Institutions, dans les espaces publiques et les rencontres politiques, il s’écriait, poussant d’affreux rugissements : « Faites attention à moi. Regardez ma caverne. Elle est pleine d’ossements. Je fais et défais.  Devant moi, tout recule et frémit.  Tout se soumet ou se voit démis. J’ai autorité et influence sur celui qui dirige ce pays ». Tout le monde tremble. Les uns se subordonnaient à lui pour bénéficier de son influence, les autres se taisaient devant ses énormités.  Mais un belluaire vint. Il le saisit dans les bras, déchire sa peau de tigre comme on déchire un linge infect et le met à nu. Il le regarde et lui dit : « tu n’es qu’un singe. Ton faciès et tes bêtises ne sont qu’une offense aux Institutions. »

 

Et voilà ! Le cas Farba Ngom agace par les dérives,  l’inculture et le manque de respect des Institutions et à ceux qui les incarnent. Il fait alors bien penser à cette Fable de Hugo qui s’indignait, en 1852, des comportements attentatoires aux Institutions. Et on en voit trop dans le Macky du Sénégal comme avec Farba Ngom à Kanel.

 

Domou rewmi

 L'auteur  alassane kitane
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés: Farba ngom, Macky sall
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
alassane kitane
Blog crée le 19/03/2015 Visité 381985 fois 275 Articles 1736 Commentaires 29 Abonnés

Posts recents
DE QUI SE MOQUENT ALIOU SALL ET SON ONCLE
Moustapha Diakhaté Symbole d’une législature calamiteuse
Quand l’indomptable opinion publique dévoile la vacuité d’un Président
LE DROLE DE SALAIRE MENSUEL DE MACKY SALL
Commentaire Daaka de Médina Gounass ou le rappel meurtrier du devoir !
Commentaires recents
Les plus populaires
La nouvelle mode au Sénégal : « Karim m’a appelé » fait le buzz partout
UN AUTOCRATE AU PALAIS
AFFAIRE KARIM WADE : QUAND L’EMOTION PRIME SUR LA RAISON ET L\'ETHIQUE
Non ! La théorie du \"Yërmëndé\" ne passera pas
Nous avons remplacé un « cheval borgne » par un « cheval aveugle »