Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Le suicide continu ou les prémices de la fin d’une longue imposture

Posté par: Alassane kitane| Mercredi 18 avril, 2018 18:04  | Consulté 639 fois  |  0 Réactions  |   

                 

                              QUESTIONS SUR LE PARRAINAGE 

 

Postulat de base : le parrainage demande plus de moyens quant à son applicabilité que la liste unique déjà expérimentée dans beaucoup de pays africains. La démarche suicidaire est l’aveu d’une impuissance à faire face aux aléas de la vie que l’on aime paradoxalement par-dessus tout. Macky ne cherche pas à imposer le parrainage par attachement à la démocratie : il constate que son horizon démocratique est bouché et il veut le défoncer.

 

Incohérence puérile et entêtement suicidaire :

 

Comment un État sérieux, qui prétend que la solution de la liste unique ne peut pas être applicable aux élections de 2019, peut-il proposer un parrainage comme solution à la pluralité des candidatures ?

Comment un État qui a empêché bon nombre de ses citoyens nantis de leur carte d’électeur d’accomplir leur droit de vote (leur nom ne figurait pas sur les listes !) peut-il convaincre les Sénégalais qu’il a les moyens de rendre efficient le système du parrainage d’ici aux élections de 2019 ?

Comment prendre au sérieux un président de la république qui, au vu et au su de tout le monde, a financé des listes aux dernières législatives pour divertir et disperser l’électorat, quand il prétend rationnaliser les candidatures aux présidentielles ?

Comment un État qui a dépensé 52 milliards et remboursé 16 milliards pour une loufoque histoire de visas biométrique, peut-il convaincre les citoyens de sa capacité à mettre sur pieds une logistique et une technologie efficaces pour rendre opérationnel le parrainage ?

Comment un État qui a été incapable d’organiser une campagne agricole peut-il protéger les paysans désemparés et presque affamés contre la tentation de vendre leur signature (parrainage) au plus offrant ?

Comment éviter que la démocratie par parrainage ne se pervertisse en démocratie de censitaire ? Qu’est ce qui nous garantit, au regard du sabotage organisé lors des législatives, que le pouvoir ne financera pas des candidatures pour saboter le parrainage des concurrents crédibles ?

Comment réparer cette nouvelle injustice : les partis politiques qui sont déjà présents sur le terrain avec des moyens limités et qui avaient commencé à finaliser leur budget de compagne, devront maintenant déployer de nouveaux moyens pour prendre en charge les pesanteurs du parrainage ?

Comment un Président qui est arrivé au pouvoir dans un système électoral ouvert peut-il imposer le parrainage à ses opposant ? Quelle expérience récente ou passée a prouvé une prolifération de candidatures aux présidentielles ?

 

La gouvernance par pressentiment :

 

Comment, un Président de la république peut-il mobiliser toute l’énergie de la république et susciter toute cette ferveur belliqueuse sur la base d’un simple pressentiment ?

Mon Dieu ! Ils ont le pressentiment qu’il y aura une pléthore de candidats en 2019, exactement comme ils avaient le pressentiment que Karim Wade avait détourné 2000 Milliards !

Ils ont le pressentiment qu’il y aura beaucoup de candidats aux présidentielles, de la même manière qu’ils avaient le pressentiment que l’on peut, sur la base d’un coup de tête, décréter l’enseignement de la philosophie en classes de Première et de seconde sans étude préalable !

Ils ont le pressentiment qu’ils y aura une profusion de candidatures en 2019, de la même manière qu’ils avaient le pressentiment qu’il suffit que le président dise « je ne veux plus voir d’enfants mendiants dans la rue » pour qu’il en fût effectivement ainsi !

Ils ont le pressentiment que le nombre de candidats en 2019 sera incontrôlable, de la même manière qu’ils avaient le pressentiment que Madame Aïda Ndiongue était coupable d’enrichissement illicite !

 

Ils sont donc à l’ère de la gouvernance par pressentiment, car pour eux, avoir le pressentiment, c’est prévoir, or ils ont entendu dire : « gouverner c’est prévoir ». Et comme ils aiment les formules à la place de l’argumentation ; et comme ils préfèrent répéter au lieu de délibérer ; et comme ils aiment menacer leurs adversaires et leur refusant l’exercice de leurs droits constitutionnels … ils ont donc lâché la bête.

Mais que peut la bête face à l’homme, cet unique et noble khalifat de Dieu sur terre ?

 

Alassane K. KITANE

Professeur au Lycée Serigne Ahmadou Ndack Seck de Thiès

SG du Mouvement citoyen LABEL-Sénégal

 

PS 

Macky Sall a l’habitude d’instrumentaliser les réformes proposées par les Assises et par nos partenaires européens : il vide de leur substance les recommandations de la CNRI et celles de l’union européenne pour, se gargariser de la forme extérieure, dans le but cynique d’en faire une exploitation politicienne. Parrainage : ceux qui ont lu les recommandations de l'union européenne en 2015 verront comment Macky Sall entretient l'imposture. Il est plus raisonnable d'imposer le parrainage pour la délivrance d'un récépissé de parti que pour la candidature d'un parti déjà constitué. C’est le sens des recommandations de l’union européenne : non ce parrainage de calcul d’épicier.

La preuve est que sur les 76 recommandations faites à l’issue de l’Atelier de suivi des recommandations des missions d'observation électorale de l'Union européenne tenu à la Fondation Konrad Adenauer (Dakar les 22-23 octobre 2015) Macky n’en a choisi que celui l’arrange.

Pour plus d’informations cliquez sur ce lien :

http://www.kas.de/senegal/fr/publications/43452/

 L'auteur  alassane kitane
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
alassane kitane
Blog crée le 19/03/2015 Visité 621631 fois 495 Articles 7239 Commentaires 41 Abonnés

Posts recents
CHRONIQUES DE NDOUMBELANE (SUITE)
Lettre ouverte aux magistrats : il est temps de vous ressaisir !
Satire de la semaine : LE ROI-SINGE DE NDOUMBELANE
Madior, un professeur de Droit nul en Droit
De ce que la victoire en sport est un état d\'esprit : Toujours battus, mais toujours satisfaits !
Commentaires recents
Les plus populaires
L’étonnante stérilité des choix politiques et économiques
La nouvelle mode au Sénégal : « Karim m’a appelé » fait le buzz partout
UN AUTOCRATE AU PALAIS
AFFAIRE KARIM WADE : QUAND L’EMOTION PRIME SUR LA RAISON ET L\'ETHIQUE
Non ! La théorie du \"Yërmëndé\" ne passera pas