Kolda devient une région productrice du riz irrigué, après Saint-Louis

  • Source: : EnquetePlus | Le 28 septembre, 2017 à 19:09:53 | Lu 2737 fois | 8 Commentaires
content_image

Kolda devient une région productrice du riz irrigué, après Saint-Louis

Durant la campagne agricole de 2016-2017, la région de Kolda a obtenu 31% de la production nationale de riz pluvial. Elle se classe ainsi deuxième derrière la région de Saint-Louis, principale productrice de riz irrigué au Sénégal. Ceci est rendu possible grâce aux efforts consentis par l’Etat et l’engagement sans faille des producteurs à s’adonner à la riziculture pluviale.

‘’Kolda nourrit Kolda’’. Ce slogan lancé par le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Pape Abdoulaye Seck, est aujourd’hui en phase de devenir une réalité dans la capitale du Fouladou. Car Kolda est devenu une région productrice du riz pluvial. Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un coup d’œil sur les statistiques agricoles de ces dernières années. De 30 000 tonnes de riz en 2014, la capitale du Fouladou est passée aujourd’hui à plus de 180 000 tonnes par an. La valeur extra-sectes des équipements plus le coût des formations sont estimés à 150 millions de francs CFA. Durant la campagne 2014-2015, elle a contribué à hauteur de 12% sur la production nationale. En 2015-2016, il y a eu un saut qui a été observé. En somme, les statistiques ont montré qu’il y a eu une avancée de 18% de la production nationale. Un taux passé à 31% pour la période 2016-2017.

Le Directeur régional du développement rural (DRDR) Abdoulaye Sidibé s’en réjouit. ‘’Ces résultats tangibles et visibles rassurent que Kolda constitue vraiment un tournant et une région incontournable en matière de riziculture pluviale. Actuellement, nous avons remarqué que le riz est cultivé partout dans la région, surtout avec une panoplie de variétés néricas dont la région dispose’’, explique-t-il. Le coordonnateur du Programme national d’autosuffisance en riz (PNAR), Waly Diouf, de poursuivre qu’avant 2014, la région produisait au moins 30 000 tonnes de riz. Aujourd’hui, c’est plus de 180 000 tonnes qui y sont produits. Ces acquis, il les met sur le compte de l’appui de l’Etat du Sénégal.

Les effets consentis par l’Etat du Sénégal

Favorisée par des spécificités agro-écologiques et socioculturelles, Kolda bénéficie également du soutien du gouvernement appuyé par la coopération japonaise. Cette collaboration a permis de mettre très tôt à la disposition des riziculteurs quatre types d’équipements. Il s’agit des motoculteurs super équipés qui permettent de faire du labour et du transport. Des semoirs favorisant l’économie sur les semences et un gain de temps pour l’opération culturale qui consiste au semis. Des décortiqueuses et des batteuses ont été également mises à la disposition des riziculteurs sans compter les 45 tracteurs remis à des producteurs et organisations paysannes, de 2014 à nos jours. « Ceci fait que le temps de chaque opération culturale est réduit et les travaux de ces opérations allégés. Car, dans les zones limitrophes comme le département de Médina Yoro Foula, les populations allaient jusqu’en Gambie pour pouvoir décortiquer le riz.

Aujourd’hui, cette souffrance est devenue un vieux souvenir‘’, soutient Waly Diouf. A en croire Abdoulaye Sidibé, il y a eu d’abord 60 à 70% du matériel lourd comme les tracteurs, et du matériel léger, (semoirs, houssines, charriots etc.) qui ont été mis à la disposition des producteurs. L’Etat du Sénégal ne se limite pas à donner aux producteurs que des équipements. Derrière chaque motoculteur, l’Etat compte créer au moins deux emplois.

 Formations et semences certifiées aux producteurs

En fait, outre la dotation en matériels, l’Etat envisage de former les producteurs de riz afin qu’ils puissent bien manipuler les équipements et les gérer pour arriver à de meilleures productions et des résultats positifs.  ‘’Nous voulons que ces équipements puissent être utilisés de façon durable par les producteurs. Les recettes issues de ces équipements seront gérées par des gestionnaires bien formés’’, explique le coordonnateur du PNAR.  

D’après lui, ‘’la valeur extra-sectes des équipements plus le coût des formations qui vont suivre tournent autour de 150 millions de francs CFA’’. La quantité d’intrants a été aussi augmentée. Car, avant 2014, au moins 300 tonnes de semences de riz paddy ont été distribuées par l’Etat. De 2015 à nos jours, les riziculteurs ont bénéficié de plus de 2 000 tonnes, cette fois-ci, de semence certifiée. Toujours sur les initiatives qui ont permis de faire de Kolda une zone rizicole après Saint-Louis, il faut citer l’augmentation des terres emblavées. De 2014 à ce jour, c’est un peu moins de 5 000 hectares qui ont été emblavés. Parce que justement l’Etat a tenu compte de l’ensablement des vallées. C’est pourquoi l’Etat est en train de travailler pour renforcer les efforts qui ont été fait dans ce sens.

Au demeurant, les efforts consentis par l’Etat dans le domaine de la production du riz ont eu à engranger des résultats satisfaisants dans la région de Kolda. Même si au-delà, il y a le vécu et l’expérience des principaux acteurs qui ont aussi impacté de manière très significative sur les résultats obtenus. Ce qui reste, c’est davantage de concertations entre l’Etat et les organisations paysannes afin que le riz produit localement soit bien transformé et mis à la disposition des consommateurs. Sinon, les efforts consentis seront vains car les populations auront toujours les yeux rivés sur le riz importé. Des difficultés liées à la commercialisation de la production, au manque de formation des producteurs, de magasins de stockage, à l’accès au crédit et au financement, à l’insuffisance des pistes de production, à la prolifération des oiseaux granivores, à l’ensablement des vallées, plombent aussi les ambitions des producteurs de la région de Kolda, endettés jusqu’au cou.  


Auteur: Emmanuel Bouba YANGA - EnquetePlus






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (5)


Anonyme En Septembre, 2017 (20:09 PM) 0 FansN°: 1
ça c une bonne information pour le Senegal. Mais certains senegalais s interesse que de faits divers bidons ou de pol politiciens.
Reply_author En Septembre, 2017 (07:18 AM) 0 FansN°: 1
kolda devient ?
que faisait la sodagri
Anonyme En Septembre, 2017 (20:09 PM) 0 FansN°: 2
ça c une bonne information pour le Senegal. Mais certains senegalais s interesse que de faits divers bidons ou de pol politiciens.
Anonyme En Septembre, 2017 (21:19 PM) 0 FansN°: 3
 :sunugaal:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :sunugaal:  :fbhear:  :thumbsup: 
Niit Doff En Septembre, 2017 (21:38 PM) 0 FansN°: 4
Notre pays, le Sénégal est entrain de satisfaire les caprices d’un dictateur (Erdogan) au détriment de milliers d’enfants innocents, et de leurs parents.

Je me demande comment nous sommes arrivés à ce stade de désintéressement de nos dirigeants à la bonne formation de l’avenir de notre pays. Que nous apporte la Turquie de Erdogan jusqu’à ce que le Président Macky Sall, le Premier ministre B A Dionne et le Ministre de l’éducation nationale Sérigne Mbaye Thiam veulent sacrifier l’avenir de milliers d’enfant sénégalais innocents. Pourtant les services politico-stratégiques sénégalais doivent savoir que la Turquie de Erdogan n’est pas viable, car la Turquie de Erdogan risque de finir comme la syrie. Déjà sur le plan économique, ce pays est en chute libre. La turquie est de plus en plus isolée sur la scène internationale. D’ici quelques mois la guerre contre les kurdes va reprendre de plus belle, car les kurdes (irakiens, turques et syriens) vont accélérer la création de leur état.

Nos dirigeants ont-ils oublié cette règle élémentaire qui veut qu’un pays n’ait pas d’amis et n’a que des intérêts. L’intérêt immédiat que peut tirer nos dirigeants sur cette affaire vaut-il l’anéantissement de l’excellent cursus scolaire qu’aurait pu avoir ces milliers d’enfant sénégalais ? Je ne le crois pas, car la vraie richesse du Sénégal réside dans la qualité de ses ressources humaines.

Chers dirigeants, (Président Macky Sall, Premier ministre B A Dionne, et Ministre de l’éducation nationale Sérigne Mbaye Thiam), on vous a confié notre Sénégal pour que vous défendiez nos intérêts, nous sénégalais, et pas vos intérêts, ni ceux d’un fou dictateur sanguinaire turc.

Anonyme En Septembre, 2017 (22:04 PM) 0 FansN°: 5
Agriculture irriguée est différente de celle pluviale. En effet, on parle d'agriculture pluviale lorsqu'elle est directement liée à la pluie( donc saisonnière). Par contre, l'agriculture irriguée est celle qui se fait avec de l'eau tirée principalement sur les puits de forage (elle est donc plus permanente et indépendante de la pluviométrie). Sur ce merci de corriger votre titre..

Salam
Reply_author En Septembre, 2017 (13:33 PM) 0 FansN°: 1
non n°6. pour une agriculture irriguée, il faut d'abord une source d'eau abondante (presque infinie) comme un fleuve ou un lac et détourner par un système de canalisation et de drainage, une partie de l'eau vers les espaces à irrigués.les puits de forage sont limités, c'est plutôt pour des espaces maraichères ou des champs de verger.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com