Les parents d’élèves sonnent l’alerte pour sauver l’école

  • Source: : APS | Le 14 mars, 2018 à 16:03:03 | Lu 1074 fois | 5 Commentaires
content_image

Les parents d’élèves sonnent l’alerte pour sauver l’école

 La Fédération nationale des associations de parents d’élèves et d’étudiants du Sénégal (FENAPES) a lancé "un cri du cœur, un appel" aux enseignants pour leur demander de "porter leur casque de parents d’élèves et de prendre en compte la centralité de l’élève pour sauver l’école".

"L’heure est grave et nous tendons vers la catastrophe si toutefois on ne met pas fin à cette crise qui perdure", a dit le président de la Fédération, Bakary Badiane lors d’un point de presse tenu mercredi à leur siège à l’Ecole Malick Sy de Dakar.

Il en appelle ainsi à la "responsabilité des enseignants pour lever leur mot d’ordre pendant qu’il est temps pour ne pas avoir à sauver l’année au détriment de l’école".

En réunion de Bureau élargi aux 14 présidents des Unions régionales, la FENAPES a examiné la situation actuelle de l’école pour donner sa position et proposer des stratégies de sortie de crise.

Au Chef de l’Etat, la FENAPES demande "d’agir encore dans le sens d’améliorer davantage le sort des enseignants, dans les limites soutenables des finances publiques".

Pour Bakary Badiane, l’Etat doit "exiger des enseignants la signature de pactes de stabilité sur les 10 ans à venir et ainsi remédier aux conséquences néfastes de ces grèves cycliques".

En effet, il a évoqué le quantum horaire sérieusement entravé, des évaluations du premier semestre pas encore faites sur l’étendue du territoire.

"Cette situation porte préjudice à nos enfants candidats à l’entrée dans les grandes écoles de Campus France et en même temps aux éventuelles préinscriptions", a-t-il déploré.

La FENAPES compte ainsi "mettre tout en œuvre" en engageant des démarches de conciliation et de participation aux instances de négociation pour préserver "l’effectivité du Droit à l’éducation et de la formation de qualité de tous les enfants tout au long de leur vie".

Des syndicats d’enseignants sont en train de dérouler depuis le début de l’année des plans d’action pour exiger de l’Etat le respect des accords signés depuis 2014, notamment l’augmentation des indemnités de logement. Sur les 33 points d’accord, 5 points restent à être matérialisés.

Le Gouvernement a accordé aux enseignants, lors des dernières négociations, une augmentation de 10% sur les indemnités de logement, soit une enveloppe de 12 milliards de francs CFA.

 


Auteur: APS - APS






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (5)


Volai414 En Mars, 2018 (17:21 PM) 0 FansN°: 1
Quelqu'un a-t-il encore un souvenir intact d'une période continue de quatre ans sans grève dans ce pays ? Ils ne doivent pas être très jeunes ceux qui peuvent lever le petit doigt. Quatre ans, c'est bien sûr le temps d'un parcours normal de collège, moment crucial pour installer des fondamentaux pour les apprentissages. Vu le temps que ce désordre met pour se résorber, il faut croire que la formation, donc l'avenir des jeunes sénégalais, n'est pas une priorité pour la Nation. Pire, cela ne semble pas intéresser grand monde. Il n'y a qu'à comparer ce manque d'intérêt avec l'engouement autour de la lutte, du foot et autres balivernes dont les sénégalais sont friands au point d'en être des millions d'experts dans un si petit pays. Les politiciens ont assez de moyens pour que leurs propres enfants soient épargnés et les enseignants eux-mêmes sont capables de palier en partie aux manques touchant leur progéniture. Reste le gorgorlou qui n'a plus que les yeux pour pleurer et le gorgorglou se compte en une dizaine de millions. Que les sénégalais concernés se mettent eux aussi en désobéissance civique en décrétant un refus de vote pour les deux ans à venir et on verra si le monde bouge ou pas. Tant qu'à être si mal gouvernés, autant ne pas être gouvernés du tout. On se sentira moins couillons comme ça. Gouverner, c'est aussi avoir les couilles de prendre des décisions qui peuvent ne pas plaire. Au Sénégal, on a un peu tendance à confondre droit de grève et abandon de poste. Que dire de la notion de continuité dans le service public ? Elle semble ne pas effleurer l'esprit. Il n'y a donc que les sénégalais eux-mêmes qui ne se rendent pas compte de l'état de délabrement du niveau de leur école publique ? Je suis effaré par le niveau de la majorité des étudiants qui nous arrivent maintenant en Europe et qui, pourtant, ont du potentiel . Ils finissent par réussir en y mettant plus de temps que nécessaire faute d'avoir été mal préparés. Cela fait des décennies que cela dure et pas un seul députés n'a été fichu de porter une loi permettant de préserver la formation de la jeunesse de notre Nation. Je préférerais être un « dégueulasse » qui fait avancer la Nation qu'un « Honorable député » nourri à perte par cette même Nation.
Anonyme En Mars, 2018 (18:51 PM) 0 FansN°: 2
Machy vient de donner 87 milliards à Fanroche une entreprise française de 40 employés pour des lampadaires sans compter les intérêts à rembourser sur plusieurs années.

Je cautionne pas les gréves mais Machy s'en fiche du Sénégal,

Vivement sa chute en 2019
Boy En Mars, 2018 (19:03 PM) 0 FansN°: 3
Au lieu de dire la vérité au Gouvernement vous accusez à tord les enseignants. Le PR doit au moins les recevoir pour s,expliquer et arrêter les menaces des irresponsables qui ne font qu,empirer la situation.
Ernest En Mars, 2018 (19:44 PM) 0 FansN°: 4
Le gouvernement n'a qu'à respecter les accords de 2014 un point c'est tout.Aux enseignants,allez jusqu'au bout vous êtes dans vos droits et le peuple commence à vous comprendre...
Anonyme En Mars, 2018 (21:41 PM) 0 FansN°: 5
Maudit soit ce Bakary Badiane qui passe tout son temps à jeter l’anathème sur les enseignants. Il n'ose meme pas aller rencontrer les syndicats pour entendre leur version.

Il ose dire que des enseignants ont leurs enfants dans les écoles privées, comme si c'était un secret ou que c'était interdit.

Voila une façon nette de pousser les élèves du public à s'attaquer aux écoles privées.

Cet homm est irresponsable.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com