Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Préparons l'anticipée de philosophie

Posté par: Alassane kitane| Dimanche 22 mai, 2016 16:05  | Consulté 7977 fois  |  2 Réactions  |   

SUJET : L’œuvre d’art peut-elle être sacrée ?

 

PROBLEMATIQUE : le sujet pose le problème des enjeux inhérents à l’art et plus précisément l’importance et les fonctions d’une œuvre d’art. Quelle est la place de l’art dans la société ? Si le sacré est ce qui a une valeur au-dessus de la moyenne, qu’est ce qui attribue à une œuvre d’art son caractère sacré ? Sacralisation, sacre ou sacralité : l’œuvre d’art ne risque-t-elle pas de perdre sa vocation ?

 

THESE : L’œuvre d’art peut être sacrée et ce, dans plusieurs sens.

 

Ce qui est sacré c’est ce qui recèle une grande importance, ce qui est au-dessus du profane. Le sacré est quelque chose auquel on voue au respect religieux dû à ce qui manifeste la divinité ou une puissance surnaturelle ; qui est inspiré par une influence occulte ou surnaturelle. Une œuvre d’art est nantie d’une très grande importance au regard de la dimension historique qu’elle renferme. Les œuvres d’art sont des vestiges de l’histoire et en tant tels, elles constituent souvent la mémoire d’un peuple, d’une époque ou d’une civilisation disparus. L’exemple des pyramides égyptiens et des temples d’Apollon en Grèce antique peut l’illustrer. Le sacré est aussi ce qui est hors de la banalité, c’est-à-dire une chose à laquelle on accorde une importance, une valeur exceptionnelle. Or l’œuvre d’art peut être la cristallisation de toute culture. La culture d’un peuple est comme sa carte d’identité : source. L’œuvre d’art est le produit d’un génie, d’une inspiration et d’une subjectivité que rien ne doit banaliser. C’est pourquoi l’art est surprotégé et on parle de droits d’auteur ou de droit de la propriété intellectuelle. Le sacré peut s’entendre au sens de couronnement : le succès d’une œuvre d’art est le gage de son caractère sacré. Le sacre d’une œuvre d’art comme la Joconde est une réalité car ce tableau connait un succès presque partout. Sacrer veut dire donner solennellement un titre à (quelqu'un ou à un groupe). Des artistes sont primés par des grammys, des prix Goncourt, ou des disques d’or : on peut considérer ces couronnements comme des façons de rendre une œuvre d’art sacrée. Il faut par ailleurs remarquer qu’une œuvre d’art peut avoir une fonction religieuse. Les statues, les temples, les poèmes sont des œuvres d’art mais ils peuvent avoir une fonction religieuse. Dans ce sens, l’œuvre d’art est sacrée dans la mesure où elle est réceptacle du divin. Platon a dit que l’art véritable est d’inspiration divine. Sous ce rapport l’œuvre d’art est sacrée puisqu’elle émane directement de la divinité : l’artiste n’est qu’un intermédiaire entre dieu et les hommes. On parle souvent de musique sacrée ou de mélodie divine dans la mesure où ce qui est sacré désigne ce qui est investi de la présence divine ou d'une réalité surnaturelle.

 

ANTITHESE : Cependant, la sacralisation ou la sacralité de l’œuvre d’art ne la dénature-t-elle pas ?

 

L’art doit être à la portée du public ; sous ce rapport, sa sacralisation excessive risque de le mettre hors de portée du public. Or quand une œuvre d’art n’est plus appréciée par le public, elle perd sa valeur esthétique. Si par sacré on entend ce qui investi d'un caractère de validité supérieure et immuable, alors l’œuvre d’art ne devrait pas être sacrée ni sacralisée. L’essence même de la réflexion esthétique est de soumettre les œuvres d’art à la critique et sans cette critique l’art resterait un mystère hors de toute logique d’évaluation intellectuelle.  Quant à la fonction religieuse de l’art, elle comporte également le risque de travestirla vocation d’une œuvre d’art. Car si l’on en croit Théophile Gauthier : « tout ce qui est utile est laid ». Sous ce rapport, mettre l’art au service de la religion est une manière de le détourner de sa vocation originelle. L’art doit avoir comme fonction essentielle et unique le beau. La pratique consistant à sacrer des œuvres d’art est la fois suspecte et controversée dans la mesure où le beau est relatif, subjectif. Pour primer des œuvres il faudrait qu’il existe des règles objectives, universelles d’appréciation du beau. Or l’histoire et l’expérience montrent qu’il n’existe pas de telles règles : ce qui fait qu’une œuvre est consacrée dépend en partie d’activités on de données connexes. En effet, l’industrie musicale, la promotion, les connexions avec les sphères économiques et politiques peuvent être des facteurs de sacre d’une œuvre. La valeur intrinsèque d’une œuvre ne justifie pas toujours son sacre. La surprotection de l’œuvre d’art est certes une bonne chose mais lorsqu’elle est excessive risque de tuer l’art. Car l’imitation est essentielle dans la production artistique. Aristote a dit que « c’est en forgeant qu’on devient forgeron ». On sait que tous les artistes ont eu des références ou des modèles auxquels ils voulaient ressembler. Victor Hugo s’est beaucoup inspiré de Châteaubriand. 

 L'auteur  alassane kitane
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés: Philosophie, Art, Anticipée
Commentaires: (2)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
DJIBY En Mai, 2016 (10:02 AM) 0 FansN°:1
BONJOUR CHER PROFESSEUR C'EST TOUJOURS UN PLAISIR DE LIRE VOS PERTINENTS écrits ça rappelle encore les années 2009 où on raffolait de vos contribution et ca nous a beaucoup aidé dans la poursuite de nos études.ENCORE UNE FOIS MERCI PROF DJIBY DIONE ANCIEN LANS
Anonyme En Mai, 2016 (11:12 AM) 0 FansN°:2
Bjr djiby je suis heureux d'avoir de vos nouvelles Bonne continuation dans les études et dans la vie Merci

Ajouter un commentaire

 
 
alassane kitane
Blog crée le 19/03/2015 Visité 445544 fois 346 Articles 2703 Commentaires 34 Abonnés

Posts recents
MACKY SALL, DE L’ART DE PROTEGER LES DELINQUANTS
SUR LA DÉTENTION ARBITRAIRE DE KHALIFA SALL EN PRISON
Éthique politique et responsabilité morale Le Sénégal dégringole
Gouvernement « séddoo » et « yakalma »
Remaniement ministériel
Commentaires recents
Les plus populaires
La nouvelle mode au Sénégal : « Karim m’a appelé » fait le buzz partout
UN AUTOCRATE AU PALAIS
AFFAIRE KARIM WADE : QUAND L’EMOTION PRIME SUR LA RAISON ET L\'ETHIQUE
Non ! La théorie du \"Yërmëndé\" ne passera pas
Nous avons remplacé un « cheval borgne » par un « cheval aveugle »