Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Qualification des Lions au mondial 2018- Le coup de maître de la Fifa

Posté par: Alassane kitane| Mardi 14 novembre, 2017 13:11  | Consulté 198 fois  |  0 Réactions  |   

 

 

Assane Samb/Rewmi quotidien

 

 

Je n’ai rien d’un Abdoulaye Diaw, ce doyen expert du ballon rond. Du football, je ne connais rien. Mais quand l’équipe nationale joue, je m’y accroche. Je ne fais pas cependant partie de ces Sénégalais qui jouent à l’entraîneur à tout moment, disant exactement ce que doit faire Aliou Cissé ou tel ou tel autre joueur. En somme, je ne suis pas un expert en la matière.

 

Toutefois, l’objet de cette chronique, c’est de réparer un oubli : Les Sénégalais font semblant d’ignorer que c’est la Fifa qui a pratiquement qualifié notre équipe. Non pas comme le comprennent les Burkinabè.

 

Je ne veux nullement dire que Sadio Mané et ses coéquipiers ne sont pas méritants. Ô que si. Ils sont bien joué, ont marqué chez un redoutable adversaire et ont le droit de bénéficier de notre respect et de notre admiration. Là-dessus, pas de doute. Tous les Sénégalais les remercient parce que fiers d’eux.

 

Ce que j’entends cependant souligner, c’est que tout ceci ne serait sans doute pas arrivé si la Fifa n’avait pas décidé de punir l’arbitre du premier match Sénégal/Afrique du Sud et de faire rejouer la partie, au grand dam des Burkinabè qui ont même porté plainte.

 

Une décision historique qui ne survient presque jamais. De par le passé, les décisions des arbitres étaient sacrées, fussent-elles erronées. Si j’étais Abdoulaye Diaw, je vous aurais sans doute donné la liste ô combien longue de matchs perdus par le Sénégal du fait d’un arbitrage de second niveau, estampillé ‘’africain’’ parce que nous avions toujours refusé de grandir et de se hisser au niveau des autres. Nos arbitres sont malheureusement à l’image de nombre de nos juges, hommes de loi, corruptibles.

 

Arrivés dans les pays hôtes qui doivent disputer des parties, les arbitres reçoivent, parfois, de mystérieux visiteurs prêts à y mettre le prix tout en agrémentant cela d’arguments fallacieux sur ‘’l’arrogance’’ des Sénégalais qui se croient au-dessus de tout le monde.

 

Si en effet cette donne n’existait pas, les Burkinabè pour qui nous avons beaucoup de respect, n’allaient jamais s’imaginer que la Fifa voulait faire une faveur au Sénégal.

 

Non, évidemment, il n’en est rien. L’instance du football mondial a voulu donner un coup de main à l’Afrique pour l’aider à grandir, au moins sur ce plan. La Fifa ne peut pas continuer à laisser des équipes moins performantes arriver à la qualification par des manœuvres de bas étage. Cela n’honore ni les pays bénéficiaires, même si c’est le nôtre, ni le football africain qui est en train d’émerger d’un sous-développement à l’image de tout ce qui se fait dans le continent.

 

Si nous voulons être respectés, se hisser au niveau des grands, des meilleurs, nous devons apprendre à avoir les mains propres.

 

Mieux, la Fifa a été indulgente. Car, ayant sanctionné le corrompu, le Ghanéen Joseph Odartei Lamptey, elle a oublié d’en faire de même du corrupteur, faute peut-être de preuves claires. En tout cas, l’Afrique du Sud en sort avec beaucoup de chance, s’étant tirée d’une situation embarrassante. Les Sud-africains ont cependant fait preuve de grandeur en annonçant se plier à la décision de le Fifa. Quel fair-play.

 

C’est pourquoi, cette victoire des Lions est aussi une victoire de la Fifa, du football africain.

 

Nous osons en effet espérer désormais que seules les meilleures équipes pourront ainsi gagner grâce à leurs talents et aux efforts fournis.

 

La Fifa a tapé fort pour créer un déclic chez les arbitres afin de les pousser à se contenter de ce qu’ils gagnent et d’éviter de sacrifier des équipes par des penalties ou des coup-francs et autres fautes imaginaires.

 

Le football est plus qu’un sport, c’est devenu du business de haut niveau. Il est alors intolérable que la corruption s’y propage, même si par ailleurs elle y est souvent présente à tous les niveaux du fait justement des enjeux énormes financiers subséquents.

 

Assane Samb/Rewmi quotidien

 

 

 L'auteur  alassane kitane
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
alassane kitane
Blog crée le 19/03/2015 Visité 471142 fois 374 Articles 3248 Commentaires 34 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
La nouvelle mode au Sénégal : « Karim m’a appelé » fait le buzz partout
UN AUTOCRATE AU PALAIS
AFFAIRE KARIM WADE : QUAND L’EMOTION PRIME SUR LA RAISON ET L\'ETHIQUE
Non ! La théorie du \"Yërmëndé\" ne passera pas
Nous avons remplacé un « cheval borgne » par un « cheval aveugle »