Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

SENGHOR, DIOUF ET MACKY : Mal élus

Posté par: Alassane kitane| Mardi 28 mars, 2017 12:03  | Consulté 343 fois  |  1 Réactions  |   

SENGHOR, DIOUF ET MACKY : Mal élus

 

REWMI.COM-

 

 

En 2012, la classe politique sénégalaise et les démocrates ont salué l’élection de Macky Sall avec un pourcentage massif de 65%. Pour tous, il est excellemment élu et la bonne appréciation est le chœur même des éloges de son élection.  Le principe de l’Etat de Droit a triomphé. Mais un fait historique est irréfutable. Macky Sall est un pur produit du PDS. Il a beaucoup eu de Wade. Le régime libéral lui a fait découvrir l’Etat, les Institutions et les dividendes qui en proviennent. Les Sénégalais ont alors vite tout oublié quand il fut soumis à une injustice. C’est la petite histoire de l’Histoire. L’ancien redoutable Ministre de l’Intérieur, l’ancien Premier ministre devient alors un ange. Wade devenait le monstre. Une conception monarchique de la République l’avait mis sur la voie de la désinvolture. C’est dans ces conditions que Macky Sall est élu. Au lendemain de son élection, il n’a bénéficié d’aucun état de grâce, ce qui le mit dans une situation délicate devenue difficile.  Il est plus critiqué qu’adoubé. Une seule raison l’explique. Il a ramassé le Pouvoir.

 

Macky élu mais mal élu

 

Le journaliste Amadou Diouf a assené, lors d’un débat sur Rewmi Fm, une lecture de l’élection de Macky Sall : « il est mal élu ! ». Et pourtant, un regard du rétroviseur ne le dément pas. Entre 2006 et 2011, Wade en faisait trop. Il était le Roi de la République et son fils était le Prince héritier. Pourtant, Macky fut même son Directeur de Campagne en 2007. Mais la volonté de convoquer Karim à l’Assemblée nationale qu’il présidait pour une clarification du budget de l’OCI, aboutit à une rupture entre eux. Ce fut un acte du dedans salué et applaudi. Macky démissionne du PDS et de ses mandats électifs et engage le combat.  Wade avait perdu toute sa popularité et Macky a eu la présence d’esprit de le quitter parce qu’il était conscient de son impopularité. L’ancien Ministre de l’Intérieur qu’il fut était bien informé. Quiconque arrivait au 2nd tour devant Wade le terrasserait. Il en fut ainsi avec Abdou Diouf et il en sera ainsi en 2019. Et puis, Macky Sall, soutenu par un certain Harouna Dia établi au Burkina, avait bien les moyens de faire le tour du Sénégal. Ses discours au vitriol contre Wade firent oublier ce qu’il fut dans son régime. Il a mis à profit la colère nationale et a bénéficié de la sanction électorale contre Wade lui-même, qui pourtant fut dans l’histoire du Sénégal le seul homme politique bien élu.

 

Wade, seul homme politique bien élu

 

Wade n’a bénéficié ni d’un soutien d’un milliardaire, ni d’un lobby maraboutique, encore moins d’un appui politique pour gagner la Présidentielle de 2000. Pendant 26 ans, il a mené la bataille. Pendant plus de deux décennies, il a combattu l’adversaire sans se décourager, subissant même des séjours carcéraux. Il n’a jamais fléchi et n’a jamais rompu. En 2000, il triomphe après 26 années de combat. En conséquence, il est dans l’histoire politique du Sénégal, le seul Président de la République bien élu. Contrairement à Macky Sall, il est charismatique et son charisme a lourdement pesé dans son épopée politique. Il savait utiliser le bâton et la carotte, mais il fut d’une ouverture d’esprit inégalable. Il fut d’une exquise générosité qui s’est manifestée par des décisions politiques et des infrastructures qui font de lui un bâtisseur. Macky Sall bâtit. Il pose des actes majeurs. Malheureusement, ces actes promoteurs passent inaperçus en raison de la tension politique et des bourdes que commet le Macky, bourdes dans les décisions politiques, et gaffes dans les sorties médiatiques

 

Senghor, Diouf : mal élus

 

Léopold Sédar Senghor fut le Premier Président de la République du Sénégal. Ce ne fut ni Me Lamine Gueye, ni Mamadou Dia. Le Français fut Senghor. Le soutien que la France coloniale lui apporta et son installation à la Présidence de la République furent une évidence. Senghor n’a pas été élu, mais installé par la France sous une parodie d’élection. Après 20 ans de gouvernance poétique et lyrique, il procède à une acrobatie juridique pour faire de son jeune Premier ministre, son successeur après sa démission.  Comme Senghor, Abdou Diouf n’a pas acquis le Pouvoir à la suite d’un combat politique. C’est une évidence qu’il connut un magistère pénible. Diouf ne connait même pas le combat politique. Il en a donné la preuve en mars 1996 avec ce Congrès sans débat qui a jeté le PS dans le déclin. Certes, il a un siège commode grâce à Macky. Or, une élection présidentielle est historique et épique si et seulement si l’élu incarne le renouvellement du personnel politique. Ceux qui sont mal élus ne font revenir que ceux qui sont défaits.

 

Le Piroguier

 L'auteur  alassane kitane
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (1)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Anonyme En Avril, 2017 (08:38 AM) 0 FansN°:1
1234

Ajouter un commentaire

 
 
alassane kitane
Blog crée le 19/03/2015 Visité 393724 fois 288 Articles 1965 Commentaires 32 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
La nouvelle mode au Sénégal : « Karim m’a appelé » fait le buzz partout
UN AUTOCRATE AU PALAIS
AFFAIRE KARIM WADE : QUAND L’EMOTION PRIME SUR LA RAISON ET L\'ETHIQUE
Non ! La théorie du \"Yërmëndé\" ne passera pas
Nous avons remplacé un « cheval borgne » par un « cheval aveugle »