Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Un mot sur la dette publique du Sénégal

Posté par: Alassane kitane| Vendredi 03 novembre, 2017 17:11  | Consulté 1467 fois  |  0 Réactions  |   

Par Mamadou Diop Decroix


Au titre du service de la dette, nous paierons 840 milliards cfa en 2018. Ainsi on va décaisser 2 milliards 300 millions cfa par jour tout au long des 365 jours de 2018 pour payer des dettes. Comparé à l’année dernière, là où les richesses créées ont progressé de 6,5%, la dette à rembourser a progressé de 23,5% soit plus de 300%. Ce qui est plus grave c’est que nous empruntons pour payer des dettes. Rien que sur les dernières années la situation se présente ainsi :
en 2014, ils ont emprunté 544 milliards pour un remboursement de 523 milliards.
en 2015, ils ont emprunté 570 milliards et ont remboursé pour 598 milliards.
En 2016 on a remboursé 596 milliards et en 2017 le montant est de 680 milliards. Le rythme d’endettement est trop rapide. Avec l’initiative PPTE (pays pauvre très endetté) le Sénégal avait pu bénéficier de mesures d’annulation de la dette si bien qu’en 2011, le ratio de la dette sur le PIB était de 34% et en 2017 on est autour de 60%. Si on ajoute 785 milliards de budget de fonctionnement aux 840 milliards ci-dessus cela donne 1625 milliards soit près de 44% du budget global. Difficile dans ces conditions d’avoir un pays qui avance. le débat budgétaire permettra d’aller plus au fond sur ces questions qui gouvernent le développement d’un pays.”

 

Mamadou Diop Decroix

 L'auteur  alassane kitane
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés: Dette du Sénégal
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
alassane kitane
Blog crée le 19/03/2015 Visité 489408 fois 380 Articles 3515 Commentaires 34 Abonnés

Posts recents
Campagne agricole tatillonne et impréparée
MACKY ET LA PRESSE : QUAND LA VÉRITÉ PREND UN SACRÉ COUP
Quand l’école sénégalaise fléchit et meurt sous le coup du folklore et du charlatanisme
DEMAIN LE CHANGEMENT : APRÈS DEMAIN, LA RÉVOLUTION?
L’étonnante stérilité des choix politiques et économiques
Commentaires recents
Les plus populaires
La nouvelle mode au Sénégal : « Karim m’a appelé » fait le buzz partout
UN AUTOCRATE AU PALAIS
AFFAIRE KARIM WADE : QUAND L’EMOTION PRIME SUR LA RAISON ET L\'ETHIQUE
Non ! La théorie du \"Yërmëndé\" ne passera pas
Nous avons remplacé un « cheval borgne » par un « cheval aveugle »